Biodiversité

Contribuer à limiter le déclin de la biodiversité et idéalement de la renforcer est un rôle central du Parc. Celui-ci s’appuie sur le diagnostic de la biodiversité mené en 2016 et 2017 ainsi que sur les stratégies nationales et cantonales. Le Parc agit en complément des autres acteurs encourageant et soutenant, par exemple, la création de mares ou de tas de pierres ou des coupes de bois en faveur de la biodiversité.

Prestations 2016-2019 (ce que le Parc a fait):

  • Dans les 11km2 de réserves forestières, des mesures (clairières, entretien ciblé) ont été menées sur plus de 100 ha de forêt en faveur des tétraonidés et plus de 80 arbres et bosquets ont été plantés dans les 500 ha de pâturages
  • Plus de 20 autres pâturages totalisant plus de 2100 ha ont bénéficié de plantations de plus de 60 arbres isolés, de coupes pour remettre le pâturage en lumière sur plus de 60 ha, de dix nouveaux points d’eau pour mieux répartir le bétail, etc.
  • Réintroduction du sabot de Vénus avec la plantation de 500 plantules en 2018.
  • Préservation de la flore subalpine de la crête du Chasseral par la limitation du piétinement
  • Pose de nichoirs et relevé des populations d’hirondelles

Prestations 2020-2024 (ce que le Parc va faire)

  • Poursuivre les projets en cours
  • Identifier et trouver des solutions pour préserver les vieux arbres – les « arbres-habitats » – abritant une très grande variété d’espèces (comme des lichens par exemple)
  • Faciliter la création de haies, de mares ou de murgiers et la renaturation de petites sources avec des propriétaires et agriculteurs volontaires
  • Appuyer les communes qui souhaitent mener concrètement des mesures en faveur de la nature
  • Développer des actions pour favoriser la biodiversité dans les zones construites (jardins privés et publics, mesures en faveur des chauves-souris et des hirondelles)