Pât. boisés et zones ouvertes

  1. Pâturages boisés

Les pâturages avec des arbres, bosquets et buissons sont l’emblème paysager de la région et couvrent plus de 30% du territoire. Exploités peu intensivement depuis toujours, ce sont aussi des réservoirs de biodiversité. De nombreux intérêts convergent ou s’opposent parfois sur ces pâturages : agriculture, sylviculture, biodiversité, tourisme et paysage. Le Parc s’implique pour accompagner ou conseiller les gestionnaires et les propriétaires. Il mobilise également des financements externes pour diverses réalisations visant une gestion durable de ces milieux emblématiques et sensibles.

Votre personne de contact: Anatole Gerber, +41 (0)32 942 39 49.

  1. Alouette lulu et pipit des arbres

La présence de ces espèces indique des pâturages boisés de grande qualité écologique. Des recensements sont organisés pour identifier les sites les plus importants, et des actions sont réalisées pour optimiser ou améliorer l’habitat pour ces espèces.

Votre personne de contact: Anatole Gerber, +41 (0)32 942 39 49.

  1. Petites structures

Face à l’inquiétant déclin de la biodiversité en milieu agricole constaté en Suisse, le Parc offre un conseil individuel et spécialisé aux agriculteurs afin de présenter les actions possibles pour favoriser la biodiversité à l’échelle des exploitations agricoles. Parmi les mesures proposées figurent la mise en place de « petites structures » telles que des murgiers, des tas de bois, des mares ou des haies qui favorisent la biodiversité tout en améliorant la connectivité des milieux naturels.

Votre personne de contact : Romain Fuerst, +41 (0)32 942 39 49.

  1. Sources

La chasse aux sources, organisée conjointement entre le Parc Chasseral et le Parc du Doubs, a permis de constituer un inventaire de ces milieux peu connus. Parfois limités à un petit suintement ou au contraire associés à de grandes résurgences, ces milieux abritent une faune invertébrée et une flore exceptionnelle. Le Parc est actif pour revitaliser et protéger ces milieux naturels qui sont souvent détériorés, par exemple par des captages mal appropriés ou par le piétinement du milieu. Le Parc assure l’identification des sources à revitaliser, la coordination avec les propriétaires (communes, bourgeoisies et privés) et le financement des mesures nécessaires avec divers partenaires.

Votre personne de contact : Romain Fuerst, +41 (0)32 942 39 49.