Franges urbaines

Le terme de frange urbaine est souvent associé à un tissu urbain très dense. Il s’avère pourtant pertinent en zone rurale où le grignotage des abords de villages devient un enjeu majeur. Le potentiel de ces zones en bordure des villages est grand. Aménagées et valorisées, elles offrent de nouveaux espaces publics pour la population et des structures paysagères renforcées.

Le Parc Chasseral développe ce projet depuis 2015 en coordination étroite avec la commune de Val-de-Ruz. Le projet permet l’élaboration d’une approche sensible de la nouvelle loi d’aménagement du territoire (LAT) et doit être décliné dans le plan d’aménagement local.

Allées d’arbres, rajeunissement de vergers, intégration de bâtiments agricoles: le projet Franges urbaines au Val-de-Ruz comprend un vaste catalogue d’intervention, dont voici les trois axes principaux:

1. Les lieux de rencontre et de découverte. Ils servent à mettre en contact les usagers potentiels de la « frange urbaine » avec les agriculteurs et les forestiers, souvent gestionnaires de ces zones.

2. Les espaces de transition entre les villages et la zone agricole. Elles servent à atténuer l’effet de césure à l’interface entre ces deux zones. En retravaillant les structures paysagères typiques, cet espace retrouve une valeur paysagère. La transition visuelle d’une zone à l’autre est atténuée.

3. Les liaisons entre les villages et les infrastructures de loisirs. Elles permettent une meilleure accessibilité à la « frange urbaine ». Il s’agit d’éléments d’interrelations entre la zone à bâtir et la zone agricole.

Les objectifs du projet :

  • Améliorer le cadre de vie des habitants grâce à des espaces de rencontre aménagés
  • Enrichir et valoriser le paysage aux abords des villes par le rajeunissement des vergers et des allées
  • Développer un milieu favorable à la faune et la flore
  • Renforcer l’unité de la commune par des éléments traditionnels du paysage
  • Permettre aux habitants de s’engager dans le soin porté au paysage

Deux localités de Val-de-Ruz sont aujourd'hui principalement concernées par ce projet, Cernier-Chézard et Le Pâquier.

  • A Cernier-Chézard, les mesures concernent en priorité le soutien à la conservation des vergers existants, l’intégration paysagère des fermes et dépôts agricoles et industriels par une arborisation adaptée, la promotion d’une gestion différenciée des espaces verts dans les zones d’activités et la restauration des allées d’arbres.

  • Au Pâquier, les mesures concernent la conservation des vergers existants et la création de nouveaux vergers, des restaurations de murs en pierres sèches et l’intégration paysagère de dépôts agricoles par une arborisation adaptée.

Votre personne de contact : Géraldine Guesdon-Annan, +41 (0) 942 39 49